Les communs urbains, l’un des piliers du projet politique de la décennie

Au cours des dernières années, la notion de communs a été placée sur le devant de la scène. Ce terme est devenu le marqueur d’une volonté de changer la société en poussant pour davantage de démocratie et de participation citoyenne dans les affaires publiques. Ce changement est porté notamment par l’intuition qu’un nouveau type de communs, les communs urbains, constitue un enjeu politique clé de la production de l’espace public.

Nous devons à des chercheurs engagés comme D. Harvey, C. Vercelone et S. Rodotà le dépassement d’une vision naturaliste des biens communs, qui s’intéressait principalement à la gestion des ressources à l’intérieur d’un groupe d’individus déterminé. Ils ont mis en lumière l’importance primordiale du processus de mise en commun (« commoning ») dans la transformation d’un bien ou d’un service, public ou privé, en commun. Ce qui importe, ce ne sont pas les caractéristiques intrinsèques de l’objet mis en partage, mais bien le processus qui génère et modifie son statut et la manière dont il est utilisé et perçu par les acteurs. Les communs urbains entraînent ainsi des conséquences sur les plans social, culturel et politique.

À cet égard, le processus de constitution des communs urbains questionne ce qu’on entend par territoire. Les communs urbains transcendent les échelles de territoires qui sont habituellement considérées comme un emboîtent du local, dans le national, et l’international. Si l’action apparaît toujours ancrée « quelque part », elle est soutenue par les dynamiques propres à l’économie de la connaissance, les pratiques de pairs à pairs (P2P) et les mécanismes d’intelligence collective.

Les communs urbains apparaissent comme un projet politique qui poursuit et renforce les luttes antérieures pour l’essor des communs : mouvement pour la culture et la connaissance libre, mouvement pour l’eau bien commun, les premiers à se penser comme mouvement des communs, mais aussi les mouvements pour l’écologie, ou le bien être. Ils offrent un référentiel pour appréhender le territoire à partir de cette complexité globale, une alternative puissante au narratif du capitalisme néolibéral qui se prétend hégémonique.

Dans ses actions des dernières années, Remix s’est affirmée comme l’un des lieux au croisement des dynamiques qui animent le mouvement des communs en France, en Europe et dans la Francophonie. Le collectif s’est engagé de longue date dans un travail de collaboration avec les chercheurs de différentes disciplines et les militants de différents secteurs afin de co-construire des outils pour développer la culture des communs et pour promouvoir l’ingénierie de politiques fondées sur les communs.

En effet, la culture des communs naît et se nourrit des pratiques et des connaissances sur les communs, les commoners et plus généralement sur ce mouvement dans la société. Les notions et les définitions des communs ont évolué au cours de la décennie, plaçant à coté d’une description fine des mécanismes de gestion, une vision holistique des communs qui redessine une figure du commoner et déploie un vocabulaire nouveau de l’action collective. Ces perspectives sont explorées par Remix à travers les démarches de l’école des communs et de l’art de l’en-commun. Nous mettons en lumière l’importance du partage de l’expérience acquise dans le groupe à travers la pratique du commoning. Les communs, quelque soit leur domaine, sont des espaces, ou des actions, dans lesquelles nous co-produisons, nous partageons et nous transformons la connaissance qui nous est essentielle pour répondre à nos besoins et exercer nos droits. Cette connaissance s’étend à l’expérience vécue et se constitue de « modes de faire ensemble » partagés, construits pas à pas dans les pratiques de production et de reproduction de la communauté.

Pour poursuivre cette démarche, Remix documente et diffuse largement les pratiques en structurant l’information pour qu’elle devienne un véritable levier d’apprentissage et de transformation sociale par les communs. Ce projet est adossé à nos travaux plus anciens sur le vocabulaire des communs élaboré à partir de l’analyse des pratiques et des recherches académiques. Celui-ci s’enrichit de nouvelles collaborations avec des partenaires en Europe autour de la mise en œuvre d’outils de web sémantique et de la cartographie des alternatives et aussi de l’exploration des patterns (modèles) de commoning à l’occasion de la traduction en français de l’ouvrage de Silke Helfrich et David Bollier (Fair, Free and Alive. The Insurgent Power of the Commons).

À plus long terme, nous travaillons à la reconnaissance d’une culture du partage et de la participation inclusive et émancipatrice. Cette dimension de l’action de Remix est stratégique parce qu’elle contribue à l’émergence d’un récit et d’un projet partagés sur les communs et sur leur rôle comme alternative au capitalisme néolibéral. On s’accorde à penser les communs comme une forme de résistance aux nouvelles « enclosures » du savoir, du vivant et des institutions de la protection sociale. S’ils sont une réaction aux pratiques prédatrices du capitalisme, ils incarnent aussi une alternative au monopole du binôme public-privé qui a marqué l’âge du capitalisme industriel de son sceau. Le projet des communs ne pourrait se développer sans un fondement culturel puissant qui revisite notre conception de l’action publique pour en faire un espace de co-production de normes et de politiques dans lequel la société civile fait sa part. C’est pourquoi Remix au cours de la décennie à venir s’attachera à une transformation de la culture des acteurs publics.

L’identification, le recueil et l’invention des mécanismes qui forment l’ingénierie des communs est le troisième axe de travail à long terme de Remix. Les politiques publiques sont aujourd’hui enserrées dans le carcan d’un État largement dominé par le projet du capitalisme néo-libéral. Les communs doivent passer du discours aux actes et entamer la reconquête de l’État. La mise en lumière des outils et des mécanismes existants dans le domaine juridico-économique est une nécessité pour le mouvement des communs. Les exemples sont nombreux et parfois illustrés par des initiatives connues du grand public : fiducie foncière, propriété d’usage, licences obligatoires, marchés régionaux de circuits courts, comptabilités, partenariat public-commun, etc. Ces exemples démontrent qu’il existe un ensemble de propositions, d’expériences et d’outils pour construire et conduire des politiques de communs. Au vue des dynamiques de la recherche action dans ce domaine, nul doute que d’autres seront développées au cours des prochaines années. Nous attendons des années à venir une multiplication de l’implantation de ces dispositifs et l’émergence d’une force structurée qui soutiendra cette dynamique comme cela s’est vu dans le domaine du logiciel libre par exemple.

Le rôle de Remix sera de faire connaître ces initiatives et leurs mises en pratique et d’accompagner leur transformation en propositions politiques qui pourront être portées dans la sphère publique. C’est ce qui a été commencé avec la série de dossiers « Cahiers Politiques des communs », dont le premier à été élaboré à l’occasion de la campagne des élections municipales. Deux nouveaux cahiers sont en projets : l’un sur la « Santé Publique en commun » et l’autre sur « Économie et Finance en commun ». Ces deux nouvelles publications entendent montrer le potentiel des communs pour traiter de questions transversales (la santé) et pour outiller des problématiques macro (l’économie et la finance). La pénétration de ces propositions dans les milieux des collectivités sera d’autant plus importante qu’elles seront l’objet d’un travail collaboratif avec les militants pour les communs originaires des différents pays permettant de prendre en compte les différences de cultures juridiques, d’accompagner leur mise en place dans des milieux divers et de faire connaître les expériences.

L’un des enjeux critiques pour le mouvement des communs et pour Remix consiste à rendre tangibles la place de l’économie des communs jusqu’ici invisibilisés par la distinction entre économie formelle et informelle. Remix est engagé dans les projets de recherche action conduits par AAA autour de des agrocités et de R’urban. En collaboration avec la chercheure australienne K. Gibson, ces travaux conduiront à terme à l’élaboration de calculateurs capables de mettre en évidence l’ampleur et la portée de cette économie invisible. Ces travaux s’inscrivent dans la continuité de la démarche, pionnière de Remix, d’analyse des outils juridiques (les chartes des communs urbains) commencé en 2015 sur lesquels il est possible de s’appuyer pour penser la gouvernance de complexes de commoning. A terme, nous espérons contribuer à la multiplication des méthodes, outils et indicateurs qui permettront de faire reconnaître les évaluations en triple bottom line par les institutions publiques.

Pour conduire ces démarches, Remix mobilise les militants et les chercheurs autour de projets opérationnels qui font vivre l’expérience du commoning en même temps qu’ils dotent le mouvement des communs de nouveaux outils méthodologiques et techniques. Formats de rencontres (Appel en commun, Commons Camp, …) de publication collective (Dossier Remix, Cahiers Politiques des communs, Horizons communs, ..) Outils de co-gestion des resources (budget ouverts) multinguisme (FSMET commons, Commons camp, meet.coop) sont des outils originaux co-construits que l’on voit être réappropriés par les acteurs des mouvements sociaux qui gravitent autour de Remix. Dans la continuité de cette dynamique, Remix poursuivra le développement d’une infrastructure partagée des communs basée sur les modèles de la fédération (Fediverse) et les plateformes coopératives dont les premières briques sont le konbit numérique et meet.coop. Remix recherchera les conditions d’une fédération inclusive des acteurs des médias sur les communs pour ouvrir un espace communication/computationnel au service des projets et du mouvement des communs basé sur des valeurs de souveraineté numérique, d’écologique et d’éthique.

Les initiatives de Remix sont aussi le terrain privilégié pour constituer des alliances au sein des mouvements sociaux avec les acteurs engagés dans la redéfinition de l’espace public (Lieux intermédiaires, Tiers lieux,…), notamment ceux porteurs et explorateurs de la question territoriale. Remix opère à cet endroit comme un espace de ressources pour les activistes et leurs collectifs, sans volonté d’enrôlement, créant un espace de coopération qui traverse les frontières nationales. Ces espaces seront être les foyers du déploiement d’activités auto-portées (autogérées) par des collectifs, à la fois en présence (tels que le Commons Camp) et conçus comme des dispositifs en ligne.

Remix s’est engagé pour l’émergence d’un mouvement des communs en Europe. L’Assemblée Européenne des Communs (ECA), puis les commons camp (Grenoble, Marseille) ont permis de faire mûrir un projet collectif. Cette dynamique se présente comme un espace d’alliance entre les militants et leurs organisations pour déployer le projet des communs dans sa dimension européenne translocale. Après la réussite magistrale des commonscamp de Grenoble (2018) et Marseille (2020), un espace de travail s’ouvre et se structure autour de projets dont les plus notables sont : le laboratoire européens d’entraide juridique des communs, dont les premières activités sont financées par Fundaction, Meet.coop la coopérative internationale de service de vidéo-conférence en cours de montage à la suite de la crise sanitaire COVID19, et la publication multimédia internationale Horizons Communs qui traite des enjeux du mouvement des communs dans le contexte du FSMET.

Ces initiatives sont les briques d’une infrastructure de travail pour le mouvement des communs en Europe et parfois plus largement. Elles permettent de construire progressivement une gouvernance du mouvement des communs distribuée entre les acteurs impliqués et contributeurs. Dans ce contexte, Remix joue un rôle de gestion pour le compte du mouvement des communs en cours de constitution. Cette démarche permet de développer et de tester les formes de gestion collective et de consolider cet espace à partir des besoins identifiés et des projets qui s’y déploient.

A moyen terme, le mouvement des communs en Europe sera le foyer de débats et d’organisations coordonnées autour de luttes sociales singulières, et qui peuvent interpeller les différents échelons institutionnels en fonction des besoins. D’ores et déjà, les coordinations se constituent autour de « Dette et commun » avec Attac Italie et des enjeux d’habitat avec la plateforme HIC. Les axes stratégiques d’actions de Remix décrits ci-dessus interagissent avec cet espace en cours de construction et en retour, Remix facilite les liens avec les communs francophones.

Publié le 01 Feb 2021