‘Mosaïque’ Archive

Ndima – Les cartes de notre futur


La RFUK et la MEFP, en collaboration avec le réalisateur Luis Leitao, ont lancé un nouveau film sur la manière dont les BaAka de la forêt tropicale de République Centrafrique font entendre leurs voix à travers la cartographie participative.

Afin de sensibiliser le public aux problèmes rencontrés par les communautés autochtones des forêts du bassin du Congo, et au rôle que la cartographie participative peut jouer dans la résolution de ces difficultés, la RFUK et l’ONG centrafricaine « Maison de l’Enfant et de la Femme Pygmées » (MEFP) ont produit un film de 30 minutes intitulé « Ndima — Les cartes de notre futur ». « Ndima », qui signifie « forêt » en BaAka, raconte la manière dont les communautés autochtones BaAka de la République centrafricaine ont utilisé la cartographie pour appuyer leurs revendications relatives à l’accès et à l’utilisation de leurs terres traditionnelles. Le film met en évidence ces enjeux dans le cas d’une aire protégée.

Le film s’adresse au tout public tant au « Nord » que dans le bassin du Congo – mais soulève également des questions importantes pour les décideurs, concernant les besoins et le rôle potentiel des premiers gardiens de la forêt dans les efforts de conservation au sens large.

Durée : 28mins
Publiée le 2 juil. 2013
Licence : Licence YouTube standard

The Rainforest Foundation UK’s mission is to support indigenous peoples and traditional populations of the world’s rainforest in their efforts to protect their environment and secure their rights to land, life and livelihood. Locally it helps forest communities to gain land rights, challenge logging companies and manage forests for their own wellbeing and protection of their environment. Globally it campaigns to influence national and international laws to protect rainforests and their inhabitants. We work in close collaboration with local partners and communities across Central Africa and the Peruvian Amazon.

Visit our website and watch our clips to learn more about the places we work and the people who live there.

http://ift.tt/1i26pnE

http://ift.tt/1h4RB4W

http://twitter.com/RFUK

RainforestFoundationUK.org

http://ift.tt/yH3fTM

MappingForRights.org

http://ift.tt/UB6kej

http://ift.tt/1i26pnG

Valoriser le capital naturel ou dévaluer la nature ?

Maxime Combes a produit un rapport sur le premier "Forum mondial sur le capital naturel" qui se déroulait fin novembre 2013 à Edimbourg.

Ce document décrypte bien le processus d’élaboration des nouveaux outils de comptabilité du "capital naturel" qui valorise la nature et les services éco-systémiques en capital à grande échelle. Cette démarche est une traduction très concrète de Rio+20 et de l’économie verte qui se justifie encore avec l’argument de la tragédie des communs.

On est face à un enjeu majeur pour les communs dits naturels. Il confirme l’importance de définir des outils et les principes de gestion qui permettent de préserver les communs et la nature.

Rapport réalisé pour la Fondation Heinrich Boll

Wa(te)rdrops, un projet de documentaire sur les luttes autour de l’eau en Grèce

Un nouveau documentaire est actuellement en production, sur les luttes en relation avec l’eau en Grèce. Le titre de travail du documentaire est  » Wa(te)rdrops « , et il a pour objectif de mettre en perspective recherches approfondies et travail sur le terrain, les luttes concernant l’eau autour en Grèce, y compris la lutte contre la privatisation de la compagnie des eaux de Thessalonique ( EYATH ), contre les mines d’or en Chalcidique et contre les l’accaparement des réserves d’eau locales à Volos et en Crète.

Premières trailers sont visibles dans la page web du documentaire . Assurez-vous d’activer les sous-titres (anglais ou espagnol) dans le coin supérieur droit du lecteur.

Ce documentaire est filmé par un groupe de cinéastes militants coordonnée par le chercheur Nelly Psarou. Les mêmes personnes ont travaillé sur  » Golfland ?  » il ya quelques années, un document sur l’effet désastreux du développement de terrains de golf sur l’environnement et les communautés locales. Vous pouvez regarder  » Golfland ?  » en ligne ici (Bientôt dans le catalogue Remix ).

Il est a_fièrement produit en toute indépendance en s’appuyant sur crowdfunding, et le résultat sera librement accessible sous une licence creative commons.
Bouton « Donate » sur le fond de la page Web du documentaire.

Communs et éducation populaire, partage d’expérience et perspectives

Lors de la dernière rencontre du réseau francophone des biens communs, les démarches d’éducation populaire ont été évoquées à plusieurs reprises. Des groupes de travail doivent se mettre en place afin de poursuivre dans cette logique, dont un notamment, autour de l’idée d’école ou d’université populaire des communs.

Différentes initiatives s’inscrivent dans une logique d’école ou université populaire des communs. Celles que nous connaissons le mieux sont l’école des Communs de Barcelone, celle de Londres, ou l’université d’été qui se déroule en Allemagne depuis quelques années. A Montréal, une rencontre « A l’école des communs » s’est déroulée à la fin de l’année 2012.  

Ces initiatives prennent différentes formes. Certaines sont permanentes alors que d’autres sont des temps de rencontres ponctuels. Certaines allient auto formation et transmission de savoirs dans une perspective d’éducation populaire, d’autres veulent d ’emblée s’inscrire dans des cursus académiques. Pour les unes, une école des communs se doit d’être nomade et proactive dans son environnement socio politique. Pour les autres elles doivent plutôt s’ancrer dans les institutions d’enseignement. La place et les rôles respectifs du présentiel et du virtuel peuvent varier.

Les pédagogies appliquées sont plus ou moins ouvertes. Elles vont de la conférence, au format somme toute assez traditionnel (Londres), à un travail de construction de coalition locale d’activistes et de chercheurs (Barcelone ou Montréal).
Finalement, une discussion sur la nature de ce que devrait être la pédagogie à l’ère des communs (peeragogie) s’est déroulée ces dernières semaines sur le forum de discussion Commoning (en anglais).

Ces initiatives incluent dans leurs objectifs de produire des documents de référence tels que par exemple les interviews conférences de James Quilligan, les interviews de Michel Bauwens et Lionel Maurel pour A l’école de communs ou la transposition des principes définis par E. Ostrom dans un « langage activiste » par le groupe allemand (qui sera ensuite traduit en français par Savoircom1).

La conférence de Berlin de mai 2013 a été l’occasion de mutualiser ces expériences au cours de deux « side events » axés sur la « Culture et Communication des Communs » et sur l’« Éducation des Communs ». Une réflexion collective sur les modes d’animation d’assemblées et de conférences sur les communs a été initiée à cette occasion. Dans ce contexte, une démarche ouverte d’éducation aux communs pour et par une coalition francophone pourrait enrichir l’offre existante et démultiplier sa puissance de transformation sociale et politique en systématisant ces démarches.

L’un des premiers enjeux que rencontre une démarche d’éducation populaire autour des communs aujourd’hui est certainement lié à l’étude et la stabilisation des catégories de définition des communs et du vocabulaire des communs. Elaborer des catégories des communs plus opérationnelles faciliterait la mise en réseau des commoneurs et la dissémination du paradigme des communs dans la société. Des initiatives existent sur ce terrain qu’il faut regarder de près et renforcer. Move Commons est une des plus avancées. Le site web propose d’attribuer un label à un projet selon des critères correspondant à la nature des communs (4 types) au mode de gouvernance de l’organisation ou de l’initiative concernée. Le formulaire permet alors de produire un badge, à la manière des licences Creative Commons qui pourra être inclus dans la page web du projet. Move Commons s’est développé dans l’écosystème des communs espagnols formé par le Medialab Prado et l’association Communes. Aujourd’hui, Bastien Guerry, l’un des initiateurs de Move commons, développe une deuxième version du site qui s’affranchit des catégories pour privilégier la qualification des initiatives sous la forme de tags. A travers la question des labels des communs, Move Commons interroge la possibilité et la pertinence de certification des pratiques et des communautés.

Le collectif Remix The Commons, composé de 5 organisations francophones (en France, au Maroc, au Sénégal, au Québec), s’attache à définir des catégories qui cette fois s’appliquent à des documents. Remix The Commons invite à documenter les pratiques et les enjeux des biens communs. Entre 2010 et 2013, le collectif Remix The Commons a notamment collecté auprès de commoneurs du monde entier, chercheurs ou activistes, leurs définitions des biens communs sous la forme de brèves capsules vidéos. Ces documents (et d’autres, actuellement le site en référence environ 260), sont classés en fonction d’une part des domaines d’action ou ressources mises en biens communs : l’eau, la connaissance, les infrastructures, …etc, et d’autre part, en fonction de l’agenda des luttes propres aux communautés et aux acteurs : le droit d’accès à l’eau potable, le libre accès à la connaissance, la neutralité des infrastructures telles que Internet, …etc. Le catalogue (et donc les catégories) de Remix The Commons est considéré comme une contribution (un commun) au mouvement des communs. Le principal artefact de ce catalogue est le site web.

Les vocabulaires (jeux de catégories) qui émergent de ces initiatives ne gagneraient-ils pas à être explicités collectivement afin de nourrir la culture commune des communs ? On a pu voir à travers le projet Biens Communs de Wikipédia qu’il y a un vide à combler. Certaines définitions manquent lorsque d’autres sont tronquées ou le reflet d’un point de vue qui ne tient pas compte de la perspective des communs.

L’idée de glossaire des communs a fait l’objet des premières expérimentations autour de Ville en Biens Communs avec le groupe Encyclopétrie. En partant de groupes de mots identifiés à la fois par Remix The Commons et dans le manifeste de Savoircom1, un dispositif de visualisation interactif a été expérimenté. Ce projet a le mérite d’ouvrir la réflexion sur l’objet lexique des communs et sur les conditions de production et d’interconnexion de glossaires des groupes, réseaux de commoneurs.

Mais en plus de la création / amélioration des définitions dans l’encyclopédie, il serait utile de mettre à contribution les outils de web sémantique tels que ceux développés sous le leadership de Wikimedia, pour définir et stabiliser des catégories qui seraient ainsi plus facilement partageables. Le partage de ces catégories permettraient de rendre interopérables certains projets, comme ceux cités, et probablement d’autres que nous n’identifions pas encore.

Un deuxième enjeu est certainement de mieux articuler transformations sociales et politiques.

A différentes échelles, locale, régionale, nationale (pour ne prendre que celles-là) des collectifs se saisissent de problématiques plus ou moins spécifiques, telles que l’alimentation, le transport, la santé, l’environnement, l’information et l’éducation, l’espace public, le travail, l’énergie et l’environnement, l’eau, … pour agir très concrètement sur le terrain. Dans bien des domaines, la capacité de ces initiatives à peser de manière significative aux moments et dans les espaces décisionnels, est restreinte et doit être développée. Il est évident que certains de ces champs sont aujourd’hui beaucoup mieux lotis que d’autres. La connaissance, l’informatique libre ou Internet par exemple sont défendus par des groupes qui ont su constituer une force de frappe auprès de la puissance publique et développer des dispositifs de création ou de protection des communs à grande échelle. Les causes liées aux communs ne se limitent pas aux domaines reconnus, et, même si tout n’est pas acquis sur ces terrains, loin s’en faut, accompagner le « passage à l’échelle » du politique dans d’autres domaines devrait faire partie des objectifs de la coalition des biens communs. L’expérience de ces mouvements plus influents montre qu’il sont d’autant plus puissants dans cette sphère, qu’ils savent rassembler des militants et développer des outils de coordination et réunir des compétences spécifiques ,notamment juridiques, à leur domaine d’action..

La mobilisation dépend en grande partie de la diffusion de la notion de communs dans la société. Dans une perspective d’éducation populaire, les modes de diffusion passent par une élaboration collective par les habitants des problématiques qu’ils partagent et sur lesquelles ils s’engagent (ou pas) dans la consolidation de liens sociaux ou symboliques qui fondent les communautés.

Les MOOC, sont une piste régulièrement invoquée, pour contribuer à la diffusion de la notion de communs. Ils pourraient faire l’objet de coopérations entre des acteurs de la formation issus de l’univers académique et du monde associatif qui se sont dédiés à la formation professionnelle. Le Master recherche Infocom de l’université Paris Ouest et coordonné par Louise Merzeau et Animacoop formation professionnelle à la coopération mise en place par Outils réseaux http://outils-reseaux.org/‎ et la ville de Brest, pourraient conduire ce type de démarche. La chaire dédiée aux communs, soutenue par le Crédit Coopératif, le CNAM, l’IAP organisateur d’une table ronde sur Web, associations et communs, et bien d’autres acteurs issus du secteur de la formation sont mobilisables.

Sous différentes formes, l’analyse de terrain, l’étude de cas, les recherches actions, des dispositifs qui sont conduits avec les personnes concernées, cette fois dans le but de peser sur la situation concrète, contribuent à (et s’appuient sur) l’élargissement des mobilisations. La fabrique du commun du groupe Kom.post  détourne le format habituel de la conférence pour créé un espace de partage des savoirs liés à une problématique partagée.
Au Sénégal, les petits déjeuners des communs organisent la rencontre des habitants et des artistes autour de problématiques inscrites dans l’espace local. La production des fiches d’expérience en vue de préparer  de la rencontre de Guérande organisée par L’Université Internationale Terre Citoyenne (UITC), l’Association des Peuples de Montagnes du Monde (APMM) et l’Alliance Internationale Terre Citoyenne (AITC) est un autre exemple de ces pratiques. Un travail de recherche action en cours d’élaboration au Sénégal à travers le projet Communs en Afrique se situe dans une perspective très proche. Il vise à  définir des processus participatifs et expérimentaux pour documenter la problématique des communs en lien avec les défis auxquels fait face le continent : l’alimentation, le transport, la Santé, l’environnement, l’information, l’éducation, et observer des processus de Biens Communs en Afrique.

Ce dernier projet fait appel à des démarches de cartographie des communs que nous avons commencé à explorer  en nous appuyant sur Chimère, une application qui permet de classer et documenter des points d’intérêt sur un territoire. La cartographie participative permet non seulement la recension et la visualisation de ressources (éventuellement mises en communs), mais s’offre aussi comme un support de médiation au sein de la communauté sur les racines et le devenir des biens communs et pour la résolution des problématiques auxquelles elle fait face. Les démarches de cartographie sont déjà largement répandues pour outiller des groupes sociaux qui ont le désir de prendre en main leur destinée. On peut voir les actions qui font référence en Inde, au Brésil, en Afrique du Sud, en Guinée, en associant la production de carte et le processus délibératif des communautés. Les formes de production collectives des cartes ont été renouvelées par l’avènement d’Open Street Map, puis par le développement des pratiques de visualisation et d’ouverture des données (Open data). La production par les collectifs de leur propres représentations, leur permet de redessiner les enjeux et leur stratégies à partir de leur propre vision, comme le montre clairement les expériences de cartographie radicale depuis plusieurs décennies (Nicolas Lambert cartographie radicale. Les initiatives lancées par hackitectura de cartographies des communs des Villes d’Athènes et Istambul et en cours actuellement à Rio en sont un exemple remarquable. En outre, partager les classifications des communs, comme évoquées précédemment, permettrait de développer des démarches de recherche actions conjointes.

Cet embryon d’inventaire d’initiatives autour des définitions et de l’appropriation de la notion de communs ou de biens communs, est très bref. De toute évidence, il mériterait d’être étoffé. Aussi, n’hésitez pas à partager vos expériences et vos idées pour y contribuer.

Nous pourrions imaginer de faire se rencontrer et échanger les personnes intéressées par ces initiatives afin de favoriser l’émergence de collaborations. Nous y sommes intéressés. Cela pourrait être un des volets d’une rencontre, école des communs, ou quelque soit sont titre, qui pourrait se dérouler en 2014. L’expérience d’école des communs de Barcelone suit cette ligne. Dans une interview, Mayo Fuster décrit le mode de fonctionnement de l’école des communs de Barcelone comme un espace de rencontre et de fécondation des projets. Chaque rencontre se déroule dans un espace correspondant à la problématique abordée. C’est une manière ouverte de faire réseau et coalition. De telles rencontres contribueraient à créer les conditions de la production de discours savants et politiques sur les communs à partir des causes et des pratiques que nous défendons.

Frédéric Sultan et Alain Ambrosi.

Références :

Ecole des Communs de Barcelone (http://p2pfoundation.net/School_of_the_Commons_-_Catalonia)
Ecole des Communs de Londres (www.schoolofcommoning.com),
Université d’été en Allemagne http://web03.webcoach.at/w16/commons/index.php/Hauptseite.
A l’école des communs Montréal http://bit.ly/1kPbTFK.  
University of the Commons San Francisco https://vimeo.com/65627856
Interviews conférences de James Quilligan  http://bit.ly/LtK064
Conversations avec Michel Bauwens Lionel Maurel pour A l’école de communs http://www.remixthecommons.org/?fiche=a-lecole-des-communs-premiere-conversation-sur-leco-nomie-des-communs et http://www.remixthecommons.org/?fiche=a-lecole-des-communs-deuxieme-conversation-sur-leco-nomie-des-communs
Transposition des principes définis par E. Ostrom dans un « langage activiste » traduit en français par Savoircom1 http://www.savoirscom1.info/2012/11/03/huit-points-de-reference-pour-la-mise-en-commun-des-biens-2/
Conférence de Berlin de mai 2013 http://p2pfoundation.net/ECC2013
Side event Culture et Communication des Communs: http://p2pfoundation.net/Commons_Culture_Communications_-_2013
Side event Éducation des Communs. » (http://p2pfoundation.net/Commons_Education_Commons_-_2013
Réflexion collective sur les modes d’animation d’assemblées et de conférences sur les communs http://www.percolab.com/2014/01/hosting-the-commons/
Move Commons (http://movecommons.org)
Définitions des biens communs : http://www.remixthecommons.org/projet/definir-les-biens-communs
Catalogue Remix The Commons : http://remixthecommons.org
Projet Biens Communs de Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet:Biens_communs
Glossaire des communs : http://www.encyclopetrie.org/experiment/glossaire-biens-communs/.
Master recherche Infocom de l’université Paris Ouest (Louise Merzeau) http://master-recherche-infocom.u-paris10.fr/
Outils réseaux http://outils-reseaux.org/‎
Animacoop : http://animacoop.net/
La fabrique du commun http://about.kompost.me/filter/fabrique%20du%20commun
les petits déjeuners des communs (http://www.remixthecommons.org/projet/petits-dejeuners-en-commun/
projet Communs en Afrique http://wiki.remixthecommons.org/index.php/Communs_en_Afrique
Nicolas Lambert cartographie radicale http://neocarto.hypotheses.org/15).
Expérience de cartographies / Remix The Commons : http://www.remixthecommons.org/2013/12/definir-les-communs-sur-une-carte/
Chimère : http://remixthecommons.infini.fr
Université Internationale Terre Citoyenne (UITC), l’Association des Peuples de Montagnes du Monde (APMM) et l’Alliance Internationale Terre Citoyenne (AITC) à l’occasion de la rencontre de Guérande http://www.terre-citoyenne.org/des-initiatives/guerande-2013/le-magazine-de-guerande.html
projet Communs en Afrique http://wiki.remixthecommons.org/index.php/Communs_en_Afrique
Nicolas Lambert cartographie radicale http://neocarto.hypotheses.org/15).
Interview Mayo Fuster : http://www.remixthecommons.org/?fiche=la-escuela-de-los-comunes-de-barcelona

Atelier de rédaction d’articles sur les biens communs dans Wikipedia

L’encyclopédie en ligne Wikipédia est l’un des principaux biens communs intellectuels de notre temps. Pourtant, la thématique des biens communs y reste peu développée.

Afin de remédier à cette situation paradoxale, Frédéric Sultan (coordinateur de Remix the Commons) et Pierre-Carl Langlais (administrateur de la Wikipédia francophone) ont entrepris d’initier une série d’ateliers contributifs. Un premier atelier, organisé le 15 octobre, avait permis d’initier plusieurs articles fondamentaux sur l’histoire récente des biens communs (tels que le mouvement des communs).

Le prochain atelier aura lieu le 21 janvier de 17h30 à 20h30 à la Fondation Charles Mayer pour le Progrès de l’Homme (38 rue saint Sabin). Il portera sur les biens communs de la connaissance et plus spécifiquement sur le domaine public. En dépit de l’engagement durable des communautés wikimédiennes en faveur du domaine public, l’article sur le sujet demeure une simple ébauche.

Cette série d’atelier s’inscrit dans le cadre du projet Biens communs. Ce projet de la Wikipédia francophone comprend une liste suggestive d’articles à améliorer ou à créer, ainsi qu’une compilation de références en ligne à utiliser. En vertu du principe de neutralité de point de vue, chaque information ajoutée sur Wikipédia doit en effet être étayée avec une source fiable.

Si vous souhaitez participer, vous pouvez vous inscrire dès maintenant sur ce formulaire. Il est aussi possible de contribuer à distance.

Aucun prérequis n’est nécessaire : que vous soyez chercheur, praticien, wikipédien ou simple curieux, toutes les bonnes volontés sont bienvenues.

Définir les communs sur une carte

Quelques expériences de cartographie des communs, à partir des définitions et des descriptions brèves d’actions ou d’initiatives de commoning, avec une instance de Chimère installée par Frédéric Léon à Brest. Chimère permet de placer sur des cartes des « points d’intérêts » (définis par leur coordonnées géographiques) du texte + des documents multimédia (video, audio, images). Les points d’intérêts peuvent être classés dans des catégories organisées par familles. Les cartes par zones sont des sélections de territoires géographiques et de catégories.


AgrandirParticiper

La première idée, en commençant cette expérience, était de situer sur une carte la centaine de définition des biens communs réalisées depuis Berlin 2010 et de regarder comment utiliser ce support comme un moyen d’expression collectif sur la notion de biens communs. Pour le test, une quinzaine de définitions sont placées sur la carte. L’intégration de l’ensemble de la centaine de définitions disponibles donnera une carte plus fournie. Elles sont consultables par langues. Le tri par tag n’existe pas. Sa mise en place est la prochaine étape à mettre en oeuvre. Il permettra de rendre plus visible les «enjeux» mis en évidence via le site Remix The Commons. L’intégration de cette carte dans le site de remix se fait par widget dans un article de blog ou une page. A terme, la carte pourrait être alimentée par mashup de services multimédia.

Deuxième expérience : le placement sur une carte de documents descriptifs des pratiques de commoning par catégories « types de communs » (uniquement avec les catégories parents de la classification de Charlotte Hess utilisée sur le site de Remix The Commons). Les cartes peuvent être réalisées par espaces géographiques. Ici une carte de quelques points situés au Quebec.

Chimère permet librement l’ajout de nouveaux points d’intérêt par les utilisateurs via un formulaire assez simple. Ce formulaire est configuré pour proposer aux utilisateurs de classer les points d’intérêts selon les catégories de la carte à laquelle on propose un nouveau point.

A ce stade, il serait utile de compléter Chimère avec les éléments tels qu’un dispositif de tags des points d’intérêts, la synchronisation des fiches sur les cartes, la synchronisation des points d’intérêts dans le catalogue de Remix.

Mais pour aller plus loin, il faudrait travailler sur les approches de cartographie des communs. Le recensement de ressources est le premier degré d’une cartographie des communs. Il faudrait imaginer de cartographier les éléments constitutifs des communs tels que les modes d’administration des ressources ou de répartition de droits de propriété, les systèmes de valeurs attachées aux pratiques de commoning et certainement d’autres choses encore.

Frédéric Sultan

Economie et/des Communs : deux nouvelles collections vidéo

Avec la mise en ligne de 76 clips vidéo, totalisant environ 8 heures de visionnement, réalisée lors de la conférence internationale Economic and the Commons à Berlin, Remix Biens Communs propose deux nouveaux dossiers sur les communs et complète la collection des capsules vidéos sur les définitions des biens communs.

Le premier dossier a pour sujet Économies et Communs. Il est composé de 13 vidéos sous forme d’entrevues individuelles ou de tables rondes avec les intervenants et les animateurs de la conférence. Ces conversations complètent et approfondissent les sujets abordés lors de la conférence : Terre et Nature, Travail, Connaissance, Culture et Sciences en Communs, Monnaie, Marché, Valeur et Communs et Infrastructures pour les communs. Leur durée varie entre 5 et 35 minutes et totalisent 5 heures de visionnement.

Un agenda pour les Communs comprend 11 vidéos qui explorent les enjeux des communs autour des thèmes comme l’éducation et la culture des communs, la recherche, la dimension politique et le rapport à l’État. Leur durée totale est de 3 heures et 10 minutes.

Define/définir/definir les Communs comprend 53 nouvelles brèves vidéos répondant à la question : « si vous aviez à définir les Communs en une phrase, quelle serait-elle? ». La plupart de ces entrevues sont en anglais, mais 28 sont aussi dans la langue originale du participant. La série de vidéos Define/définir/definir les Communs avait été inaugurée durant la conférence de Berlin de novembre 2010 et s’est enrichie au cours de différentes rencontres internationales de mouvement sociaux à travers le monde. La série compte maintenant 100 clips.

Les 76 clips vidéo produits à l’occasion de la conférence de Berlin totalisent environ 8 heures de visionnement. Ils se veulent une contribution à la documentation de la conférence et viennent ainsi en complément à l’excellentrapport réalisé par David Bollier et aux sites de la conférence de la Fondation Henrich Boell.

L’inscription de tous les clips dans le catalogue Remix The Commons facilite la consultation et la recherche dans cette collection, par exemple par sujet, intervenant, ou langue. Elle nous permet aussi de rendre disponibles les rushes des vidéos pour de nouveaux usages que nous espérons aussi nombreux que variés.

Alain Ambrosi et Frédéric Sultan

La boussole de Johannesburg et les Communs

Les 11 et 12 novembre derniers, le projet DEEEP, un programme co-financé par l’Union européenne, a rassemblé à Johannesburg (Afrique du Sud) 200 militants venus du monde entier, pour repenser le cadre d’action de ONG de développement et engager la construction d’un « mouvement citoyen mondial ». Cette rencontre est le point de départ d’un processus qui durera deux ans de mobilisation citoyenne pour le changement et la justice globale. Une plateforme numérique lui est dédiée. Au cours de cette conférence, les participants ont commencé à tirer les leçons de l’action de la société civile, de ses modes d’organisation et d’action dans différents domaines à travers le monde et produit un document, « The Johannesburg Compass: Questions and orientations » (Boussole de Johannesburg) pour définir les principes qui pourraient guider les travaux des deux prochaines années.

Invité à participer à ce processus, j’ai pu contribuer aux discussions et à la rédaction du texte pour le nourrir autant que possible de la notion des communs. Pensé au départ comme une déclaration de principes appuyée sur une vision partagée, ce document est devenu un guide pour le processus lui-même, basé sur quelques idées fortes telles que la nécessité de dé-coloniser nos esprits et dé-institutionnaliser les organisations du développement. Le résultat reflète la volonté de renouvellement à la fois des formes et des contenus de l’action, mais laisse sans réponse, au moins pour l’instant, les interrogations sur la nature d’un mouvement citoyen mondial si c’en est un, et sur la nature du processus des deux années de travail qui s’engagent à la suite de cette conférence.

Alors comment l’idée des communs pourrait-elle nourrir cette démarche ? Au-delà du processus d’écriture, le contenu du texte est assez général et plutôt généreux. Les communs y sont considérés comme des ressources à gérer. Le texte appelle à revendiquer les communs « reclaim, protect and nurture our commons », et à gérer les ressources comme des « propriétés communes » (the earth’s natural environment, ecosystems and knowledge are common property, and should be managed for the common good). Il appelle au respect de ces ressources mais ignore la dimension participative des communs. On est encore assez loin de considérer les biens communs comme des processus qui permettent de faire société, et donc comme un moyen de renforcement des communautés, d’émancipation dont les ONG pourraient se saisir pour refonder leur mode d’action.

Il me semble qu’aujourd’hui, un mouvement mondial de citoyens devrait révolutionner la manière pour chacun d’exercer sa citoyenneté, et d’en avoir conscience. L’un des rôles des ONG et des CSO ne devrait-il pas être de prendre en compte et accompagner la politisation de la vie quotidienne dans le domaine de la santé, de l’alimentation, de l’éducation, du travail, …. etc, en les inscrivant dans la perspective des biens communs ? Comment faire cela à une échelle massive ? Sans que cela exclue la conduite de campagnes d’action sur des objectifs stratégiques à l’échelle régionale ou mondiale, par les organisations qui composent l’infrastructure de la société civile, il s’agit de renouveler et d’articuler ce qu’en France on appelle l’éducation populaire en s’appuyant sur les pratiques sociales de voisinage et celles médiatisées par les réseaux informatiques. Une telle dynamique permettrait que chacun s’inscrive dans une perspective plus large et de donner sens pour chacun à l’agenda international. L’enjeu est donc de construire des ponts avec les multiples communautés d’appartenance, non pas pour leur offrir le leadership des ONG ou des mouvements, mais pour reconnaître et légitimer leurs leaderships aux différents échelles d’exercice du pouvoir (du local au mondial).

A entendre les participants à la conférence de Johannesbourg, on dirait qu’il faut en passer aussi par la (re)découverte des communs au sein même des organisations (ce qui fait projet commun), quelque soit leur taille ou leur objet pour les refonder. Cela peut être une perspective à l’échelle de l’organisation (ONG/OCS) pour poursuivre le travail engagé à Johburg. Dans ce sens, mieux vaudra nommer et travailler sur SES communs que définir LES communs et essayer de transformer les organisations en travaillant sur leurs valeurs, leur projet et actions plutôt que de chercher un cadre théorique ou idéologique général.

Une autre piste consiste à partager les leçons des activistes des communs immatériels et de la connaissance, qui depuis l’émergence de l’informatique ont su construire un mouvement qui défend ses valeurs, des formes de collaboration distribuées, l’ouverture et la liberté, le partage et la solidarité, l’émancipation personnelle et la participation au collectif, l’agir à petite échelle tout en s’inscrivant dans une vision universelle. Ce mouvement est globalement invisible en tant que mouvement pour les personnes qui n’en sont pas les militants. Chacun utilise des logiciels libres, accède à la culture et au savoir libre, la plupart du temps sans y prêter attention. Pourtant les organisations du savoir et de la culture libre se sont structurées et sont des « ONG » ou des « OCS » de poids. Il suffit pour s’en rendre compte de considérer les plus visibles du public comme wikimédia fondation, ou le poids de ce mouvement dans le secteur industriel (IBM, Android, …) ou encore le travail des groupes de pression (EFF, Quadrature du net, …) pour s’en rendre compte. C’est un mouvement à maturité. Cette expérience et la culture qu’elle développe vaut la peine d’être partagée. Ne serait-il pas utile de penser un mouvement équivalent dans le domaine des communs matériels, urbains, ruraux et naturels ?

Frédéric Sultan

Remix Biens Communs à la Bibliothèque Nationale de France

Remix Biens Communs est invité à présenter une sélection de vidéos sur le thème Biens communs de la connaissance à la BNF le 18 novembre prochain !

Peuple et Culture et la BnF, proposent de consacrer leur troisième rendez-vous aux biens communs de la connaissance le 18 novembre 2013 avec la lecture collective du livre collectif Libres savoirs, les biens communs de la connaissance et la projection d’entretiens vidéos sélectionnés dans le catalogue interculturel, libre et collaboratif Remix The Commons. Cette journée permettra d’explorer les enjeux de la production collective, du partage et de la diffusion des connaissances en Biens Communs.

Elle se déroule à la Bibliothèque nationale de France, Entrée Ouest, Quai François Mauriac, Paris XIII.

Métro Quai de la Gare ou Bibliothèque François Mitterrand.

Pour toute précision, n’hésitez pas à contacter Adrien Thoreau ou Alexane à l’Union Peuple et Culture, 01 49 29 42 80 – 09 50 06 42 80

La liste des documents projetés :

  • 1’30 Définir le Bien Commun I
  • 3’45 » Sansy Kaba Diakité, L’Harmattan Guinée
  • 08’00 La science au secours de la démocratie – Le mouvement des biens communs
  • 2’26 La science vassalisée 1 – Privatisation et concentration du savoir humain
  • 10’00 Jean-Claude Guédon (Université de Montréal – Québec) : Petite histoire du mouvement vers l’accès libre – La science est une grande conversation Partie 1
  • 6’39 La science au secours de la démocratie – l’expérience Indienne
  • 1’00 Définir les communs – Abdourahmane Seck
  • 19’00 « la leçon du Tapajos »
  • 7’00 Science et démocratie : La science autrement Forum Mondial Sciences et Démocratie à Bélem janvier 2009
  • 10’56 : Les communs et les mouvements sociaux: Olivier Sagna à Dakar
  • 8’00 Jean-Luc Nancy – « Pour une commune pensée »
  • Glossaire des communs, premières expériences

    Le 12 octobre, profitant de la rencontre ouverte parisienne, une quinzaine de personnes, designers en formation et chercheurs se retrouvent autour de l’expérimentation simultanée de diverses formes de sélection de termes en rapport avec les communs qui méritent d’être explicités, de leur définition à travers la mobilisation de ressources multimédia, elles aussi variées, et de mises en forme et éditorialisation de ces éléments.

    graph réalisé à partir des mots clefs enjeux de Remix Biens communs et initialement publié sur le site de Savoircom1

    graph réalisé à partir des mots clefs enjeux de Remix Biens communs et initialement publié sur le site de Savoircom1

    A l’occasion de la rencontre ouverte sur les biens communs organisée par les collectifs porteurs de Paname en Biens Communs, sera conduite une expérience qui participe de l’élaboration d’un glossaire multimédia des biens communs. L’idée, l’envie de glossaire des biens communs est dans l’air du temps. Elle répond à un besoin qui s’est exprimée à travers diverses démarches. En avril dernier, le collectif Savoirscom1 à élaboré une première liste de termes à mieux définir tirés de son appel. Avec Remix The Commons, nous travaillons depuis le printemps sur l’organisation des documents à travers des « mots clefs enjeux des communs », qui doivent être définis en complément de la cartographie des nouveaux communs de C. Hess. De plus, chacun s’accorde sur la nécessité d’enrichir les définitions en français des termes en rapport avec les biens communs dans wikipédia et un projet vient d’être lancé dans ce sens qui sera nourrit par un atelier qui se déroulera le 15 octobre à Paris. Enfin, d’autres initiatives émergent s’inspirant du glossaire des ENMI 2012 et de l’exploration du design des formes de communication et collaboration numériques par et autour de Knowtex et l’IRI. Ces initiatives se rejoignent et profitent du tempo de Panam en biens communs.
    A ce stade, le glossaire des biens communs est perçu comme une sélection de termes en rapport avec les communs qui méritent d’être explicités. La liste des termes d’un glossaire des biens communs n’est pas figée. La définition fait appel à l’usage de documents multimédia choisis, organisés selon différents formats avec au premier rang celui désormais classique de wikipédia. Ces démarches de publication sont participatives et explorent des scénarii d’expérience utilisateur. A ce stade, il s’agit d’explorer diverses voies et de tirer les leçons de l’expérience plus que produire en direct un produit fini.
    L’élaboration des premières listes de termes met en évidence la tension entre la problématique de la définition et celle de l’éditorialisation qui sou-tendent des projets plus ou moins explicites. Un premier croisement des termes utilisés dans le manifeste savoircom1 avec ceux de Remix the commons donne par exemple la mind map suivante réalisée avec Pierre-Carl Langlais.
    Biens communs  wikipédia 20130930
    Le 12 octobre, l’expérience est décomposée en 3 processus. Un groupe se consacre à identifier des éléments (termes pertinents et contenus, supports, objets contribuant à les définir) en vue de les recomposer à travers un dispositif développé par le collectif Encyclopetrie (à l’initiative du glossaire des ENMI 2012. Un autre groupe, piloté par les porteurs du projet mind-mapping fera un travail de cartographie dans le but de mettre en évidence les liens entre les termes du vocabulaire utilisé dans les conversations. Enfin un denier groupe de travail conduira des interviews audio autour de termes en lien avec les communs et de leurs définitions (inspiré de la démarche de Sylvia Fredricksson. Cette démarche n’a pas vocation à interférer avec le déroulement ou rendre compte de manière exhaustive de la rencontre. Elle propose des formes complémentaires de lecture de l’événement.
    Le 15 octobre, l’atelier wikipédia apportera une approche complémentaire avant que les premières leçons ne soient tirées de l’expérience.

    F. Sultan