Archive pour septembre, 2016

Prochainement : Assemblée européenne des communs

Du 15 au 17 Novembre 2016, une Assemblée européenne des communs aura lieu à Bruxelles. Les commoners se réuniront, pour discuter, partager leur expérience, et réclamer une autre Europe. L’après-midi du 16, une réunion se déroulera au Parlement Européen, avec 150 d’entre eux, organisée en collaboration avec l’Intergroupe Parlementaire sur les biens communs et les services publics (dirigé par Marisa Matias, Dario Tamburrano, Ernesto Urtasun, Sergio Cofferati). Dans le même temps, d’autres événements et des assemblées locales auront lieu en dehors du Parlement, à Bruxelles et dans toute l’Europe.

eca
Author: TILL GENTZSCH

Autour du paradigme des communs

Le 26 Septembre, un groupe d’organismes sans but lucratif, de fondations et d’autres organisations de la société civile publient conjointement un «Appel pour une Assemblée européenne des communs ». Le document rédigé collectivement, qui continue de recueillir les signatures collectives et individuelles à travers toute l’Europe, sert d’appel dans le but de constituer un réseau de «commoners».

L’Assemblée cherche à unir les citoyens dans un élan de solidarité trans-local et trans-européen pour faire face aux défis actuels de l’Europe et relancer le processus politique pour le 21e siècle. Les biens communs peuvent être compris comme un paradigme de transition qui met l’accent sur la coopération dans la gestion des ressources, des connaissances, des outils et des espaces aussi divers que l’eau, Wikipedia, le crowdfunding, ou un jardin communautaire. Leur appel décrit les communs comme :

    … les initiatives locales de coopération partant des habitants, basées sur le réseau qui sont déjà soutenues par des millions de personnes à travers l’Europe et le monde. Ces initiatives créent des systèmes autogérés qui répondent à des besoins importants. Elles opèrent à l’extérieur des marchés dominants et des programmes traditionnels de l’Etat et expérimentent de nouvelles structures hybrides.

La proposition d’Assemblée Européenne des Communs a émergé en mai 2016, initiée par une communauté pilote de 28 militants issus de 15 pays européens, équilibré sur le plan du genre, travaillant dans différents champs des biens communs. Ce groupe est rejoint chaque jour par de nouveaux militants qui insistent sur le fait que l’Assemblée Européenne des communs est inclusive et ouverte, de sorte qu’un mouvement européen large et fluide puisse formé une large alliance citoyenne et démocratique. Elle cherche à rendre visibles les actes de mise en commun des citoyens pour les citoyens, tout en favorisant l’interaction avec les politiques et les institutions aux niveaux national et européen.

Prendre part à un large mouvement


L’adoption rapide des communs comme une alternative durable et une vision du monde sociale et holistique, est en partie l’expression d’un malaise face au système économique actuel injuste et aux carences démocratiques. Le mouvement des communes a explosé ces dernières années, suite à l’attribution du prix Nobel d’économie à Elinor Ostrom en 2009 pour son travail sur la gestion des ressources communes. Il fusionne avec d’autres mouvements, comme les mouvements pour une économie de la solidarité et du partage, pour la production pairs à pairs, et pour la décroissance.

Michel Bauwens, figure de premier plan dans le mouvement peer-to-peer, qui fait partie de l’Assemblée Européenne des Communs (ECA), explique: Partout dans le monde, un nouveau mouvement social émerge, qui conteste les présupposés « extractivites » de l’économie politique dominante, sème des formes co-construites d’une société durable et solidaire. Les commoners prennent la parole, par exemple, dans les assemblées des communs qui émergent dans les villes françaises et ailleurs. Le temps est venu pour une transformation du monde politique, à travers une Assemblée européenne des communs.

L’Appel inclue une invitation à participer à une rencontre ouverte à Bruxelles du 15 au 17 Novembre 2016 pour trois jours d’activités et de réflexion partagée sur la façon de protéger et de promouvoir les communs. Cette rencontre inclue une session officielle au Parlement européen, accueillie par l’Intergroupe parlementaire sur les biens communs et services publics, le 16 Novembre (le nombre de place est limité).

Vous pouvez lire et signer le texte intégral de l’appel, également disponible en français, en espagnol, et bientôt dans d’autres langues européennes, sur le site Web de l’Assemblée Européenne des Communs (ECA). Cette signature (http://europeancommonsassembly.eu/sign-call/) peut être individuelle ou au nom d’organisations de la société civile.

Pour plus d’informations, visitez le site web http://europeancommonsassembly.eu/ ou suivez les mises à jour régulières via @CommonsAssembly sur Twitter.

Contact pour les médias: Nicole Leonard contact@europeancommonsassembly.eu

Appel pour un processus d’assemblée européenne des communs :
http://europeancommonsassembly.eu/appel-a-une-assemblee-europeenne-des-communs/

Traduction de de l’article original publié sur : http://europeancommonsassembly.eu/

Commons Josaphat, faire la ville (de Bruxelles) en commun !

Cet article a été repris et publié initialement sur le site Commons Josaphat

Commons Josaphat, une plate-forme indépendante d’habitants de quartier, de militants et d’associations. C’est une des initiatives emblématiques de reconquête de la ville par ses habitants en Europe.

Commons Josaphat a besoin du soutien des commoners pour faire valoir le travail accomplie au cours des deux dernières années auprès des autorités publiques à Bruxelles.

Apportez votre soutien en envoyant votre message directement au collectif.

Le projet de quartier en bien commun

Commons Josaphat veut construire une proposition de développement de la ville en bien commun sur la friche de l’ancienne gare de formation Josaphat. Un nouveau morceau de ville y sera développé dans les prochaines années. L’enjeu consiste à transformer cette réserve foncière, qui est une propriété publique, en territoire où s’érige une ville en bien commun, un quartier de ville imaginé et développé en partenariat public-citoyens. Notre proposition, résultat de deux an d’échange et de réflexion commune, est condensée dans ce document.

Commons Josaphat aujourd’hui

Le collectif continue à travailler dans un triple sens :

1. Occupation effective de la friche avec d’autres partenaires en vue de « faire » la ville, d’occuper déjà ses places et ses espaces en l’utilisant. L’accord sur les limites mises à l’utilisation des uns pour préserver l’utilisation des autres est un premier terrain d’expérience d’une nouvelle gouvernance ;

2. Développement d’un îlot « modèle » en commun. Cet îlot doit concrétiser la ville en commun (accessibilité au plus grand nombre sur le très long terme, décision collective sur les rentes foncières, intégration environnementale, économie solidaire et open source, une santé inscrite dans le dessin de la ville, ancrage dans les quartiers voisins…). Mais il doit être réaliste par apport aux nécessités des pouvoirs publics (recettes générées, temps de réalisation et quantités réalisées). Cet îlot doit servir de point d’évaluation à l’issue de la première phase du schéma directeur porté par la région ;

3. Construction du rapport de conviction politique :

  • En renforçant le soutien social à la proposition « Josaphat en commun » : soutiens des associations, des académiques, des intellectuels, des syndicats, des mutualités…
    En renforçant la coopération avec les riverains pour impliquer toutes les personnes concernées par ce morceau de ville dès aujourd’hui
    En améliorant les soutiens politiques classiques : obtenir le soutien des PS, MR, FdF, Ecolo, PTB et CDH ainsi que leurs pendants néerlandophones à l’échelle régionale et communale.

  • Nous reproduisons ici leur appel.


    Vous avez entendu parler de Commons Josaphat au cours des deux dernières années en organisant une action en partenariat, en participant à l’appel à idées pour le développement de ce futur quartier ou aux groupes de travail qui en sont issus.

    Peut-être avez-vous pratiqué la friche lors de l’actuel festival d’été ou encore en participant aux multiples conférences organisées autour de la possibilité de construire la ville en bien commun.

    Nous voulons aujourd’hui mettre en lumière ces soutiens, convergences, coopérations à la production de la ville en commun pour peser dans le débat public !

    Ce que vous pouvez faire ?

    Pour manifester votre soutien :

    Envoyez un mail à : ideascommonsjosaphat@gmail.com

    Des associations comme le BRAL, Pass-âge, le Rassemblement Bruxellois pour l’Habitat (RBDH), les Equipes Populaires de Schaerbeek, Santé-communauté -participation asbl….l’ont déjà fait. Des académiciens tels que Christian Laval ou Tine de Moor en ont fait autant. Ces soutiens seront repris sur le site internet de Commons Josaphat et appuieront la proposition dans le débat public.

    Pour participer à la construction des connaissances sur les communs déclinés à l’échelle de la production de la ville : envoyez un mail à : commons_jos_transversal@lists.entransition.be

    Pour vous engager et vous associer concrètement au projet de transition de la friche vers un quartier en bien commun. Venez aux prochains dimanches sur la friche (17 juillet ou 8 aout), à la prochaine assemblée générale le 28 aout ou inscrivez-vous sur la liste de diffusion des informations : communs-fest@lists.entransition.be

    Nous comptons sur votre retour d’ici le 28 aout, date de notre prochaine Assemblée Générale. Nous vous invitons à y déclarer vos soutiens lors de l’apéro organisé à 19.h30 !

    Ce que nous nous apprend l’histoire du Boléro de Ravel

      Publié le 21 mai 2016 par Hervé Le Crosnier sur Vecam.org

    En 1928, Ravel compose le Boléro, une partition qui va connaître un succès mondial et des centaines de versions et arrangements. Un crescendo harmonique qui rapporte aussi des millions.

    Une excellent série de neuf vidéos de 8 minutes réalisée par Fabian Caux-Lahalle et diffusée par l’INA raconte cette histoire de l’accaparement post-mortem de ce bijou de Maurice Ravel, qui n’en profitera guère, tombant rapidement malade et mourrant moins de dix ans plus tard.

    Cette série vidéo se regarde comme un roman policier. Traitrises, marché clandestins, paradis fiscaux, et masseuse d’un côté, hommes politiques abreuvés par les lobbies et incapables de défendre le domaine public de l’autre. Nous avons ici une saga qui démontre la nocivité de la notion « d’ayants-droits », le détournement de toutes les lois et pratiques culturelles par des affairistes qui se servent ensuite du pouvoir acquis pour influencer les politiques et réduire toujours plus le domaine public.

    Le tout sur fond de Boléro, dans de nombreuses interprétations venant du monde entier, de tous les styles musicaux et de toutes les époques.

    Ah, les paradis fiscaux pour cacher l’argent récupéré des cendres de Maurice Ravel, mort sans enfants, léguant tout à son frère, lui-même sans enfants.

    Mais c’est bien une affaire politique, dans laquelle les lobbies des industries culturelles ont préempté les pouvoirs publics, et nos chers hommes politiques, prêts à se laisser séduire.

    La Suisse, Monaco, Gibraltar, Panama… La culture ne connaît pas de frontières, l’argent non plus.

    C’est intéressant que ce soit l’INA qui ait produit ce brûlot, juste au lendemain du déclassement par le gouvernement, suite à la pression des lobbies soi-disant de la « culture », de l’article 8 de la Loi Lemaire. Celui-ci visait à protéger les communs informationnels, notamment en permettant aux associations spécialisées de porter plainte pour défendre le domaine public contre les accapareurs.

    Il faudrait montrer cela aux membres de la commission mixte Sénat-Assemblée qui va définir au final cette loi. Il faut aussi le montrer à tous nos élus pour qu’ils voient combien leur manque d’intérêt pour la protection du domaine public n’est en réalité qu’une soumission aux arnaqueurs, aux lobbies, aux puissances de l’argent et le mépris de la société et de sa volonté de partage culturel, de ré-interprétation inventive des oeuvres. Qu’ils ne puissent plus fermer les yeux : ils sont responsables de ce qu’on vole au domaine public au profit de société panaméennes ou monégasques.

    Qu’en aurait dit Maurice Ravel, qui écrivait : « Prenez un modèle, imitez-le. Si vous avez quelque chose à dire, votre personnalité ne paraîtra jamais mieux que dans votre inconsciente infidélité. » (cette phrase est la conclusion de ce superbe documentaire).

    Publié le 21 mai 2016 par Hervé Le Crosnier sur Vecam.org